MOOC : Un outil de Knowledge Management

En version originale « Massive Open Online Courses » ou « Cours en Ligne Ouverts et Massifs » en français (CLOM), les MOOC connaissent un succès grandissant depuis le début des années 2010 dans les grandes universités américaines. L’ascension rapide de ce système d’apprentissage a rapidement élevé les MOOC au rang de révolution pour l’enseignement supérieur, mais aussi pour les entreprises qui y ont vu une opportunité de management des connaissances (ou knowledge management).

Qu’est-ce qu’un MOOC ?

 –

Un MOOC est une plateforme en ligne permettant aux étudiants et aux intervenants d’être connectés entre eux et de partager des savoirs et connaissances sur tous les supports. Généralement, ils se présentent sous format vidéo. A la fin de chaque séance, l’intervenant propose un quizz / test pour valider l’apprentissage.

D’où viennent les MOOC ?

Au cours des années 2000, George Siemens [à gauche] (professeur à l’Université d’Athabasca) et Stephen Downes [à droite] (Conseil national de recherches au Canada) travaillent sur une nouvelle théorie : le connectivisme. Celle-ci propose une nouvelle vision de l’apprentissage prenant en compte l’arrivée des nouvelles technologies. Le connectivisme s’appuie sur trois théories : le behaviorisme (science de l’observation du comportement), le cognitivisme (science de l’appropriation de la connaissance – mémoire, langage, raisonnement, …) et le constructivisme (théorie de l’apprentissage). George Siemens développera cette théorie dans son ouvrage de 2005 : « Connectivism : a learning theory for the Digital Age ».

En 2008, Siemens et Downes proposeront gratuitement en ligne le cours « Connectivism and Connective Knowledge » réunissant 2 200 participants, imités en 2011 par Sebastian Thrun (professeur) et l’Université de Stanford avec la mise en ligne d’un cours sur l’intelligence artificielle. Ce cours attirera près de 160 000 personnes.

Suite à ce succès, émergeront les trois acteurs majeurs des MOOC : Coursera, Udavity et edX. Ces acteurs sont des entreprises numériques, proposant des cours en ligne, ayant des partenariats avec de nombreuses universités. Par exemple, Coursera est en partenariat avec près de 80 universités dans plusieurs pays ; et du côté français, FUN (France Université Numérique) s’appuie sur Open edX.

Ce système de plateforme d’e-learning a donc reçu un accueil extrêmement favorable de la part du monde universitaire. En effet, selon les statistiques d’Open Education Europa, il y aurait en 2014 près de 3 000 MOOC dans le monde dont un quart venant d’Europe. Malgré ce nombre relativement important, un autre phénomène a fait son apparition : l’abandon. En effet, selon l’Université de Pennsylvanie seulement 5 à 10% des étudiants en moyenne achèvent le cours.

En outre, une autre difficulté majeure du développement des MOOC est son modèle économique. Pour faire face à un coût, plusieurs pistes sont encore à l’étude ou tester par quelques universités, mais aucune d’entre elles ne semblent convaincre tous les utilisateurs : certification payante, réutilisation des MOOC pour la formation professionnelle, services additionnels payants ou premium ?

Faisons à présent un point sur les forces et les faiblesses des MOOC :

  • Avantage :
    • De grands effectifs avec un encadrement réduit.
    • Une visibilité augmentée des universités et des enseignants.
    • Constitue une réponse à la surpopulation des universités.
  • Inconvénient :
    • Certifications, on ne peut pas être certain que la personne qui passe le test est bien la personne inscrite sur la plateforme.
    • La fiabilité de la certification n’est pas encore reconnue par le monde académique et professionnel.
    • Problèmes informatiques en cas de trop grand nombre de connexions.

Concernant la certification, de rares universités françaises commencent à accorder des crédits ECTS (système d’équivalence européen) pour l’accomplissement d’un MOOC. Par exemple, les universités de Strasbourg, Pierre-et-Marie Curie de Paris ou de Lille-I ont intégré à leur formation des MOOC « certifiant ». Cela constitue cependant des exceptions dans le paysage universitaire français.

Les COOC : les MOOC d’entreprise

De nos jours, face à la mondialisation et la concurrence croissante, le facteur humain des entreprises est devenu l’une des clés du succès d’une entreprise. La conservation des connaissances et la formation des salariés est donc un enjeu considérable des ressources humaines. C’est pourquoi certaines entreprises ont privilégié le système du MOOC pour leurs employés.

Les COOC (Corporate Open Online Course) sont des plateformes d’e-learning à destination du milieu professionnel. Les COOC représente une vraie opportunité pour les entreprises de partager les connaissances au sein de leur organisation. En effet, les professeurs sont remplacés par des experts.

Parmi les premières entreprises françaises à avoir mis les COOC en œuvre, on retrouve SFR, Renault ou encore Pernod Ricard. Selon Alban Marignier, directeur de la Pernod Ricard University, « ce format moderne et attractif favorise l’engagement des salariés ». Pour cette entreprise, les COOC sont l’occasion de former les employés au digital. « L’aspect ludique et collaboratif favorise le processus pédagogique » confirme M. Marignier. Pour preuve, en octobre 2014, le module nommé « Digfit » a rassemblé près de 2 000 salariés.

L’IFCAM, l’université d’entreprise du Crédit Agricole, a d’ores et déjà lancé plusieurs MOOC : en avril 2014, un MOOC client concernant les paiements S€PA puis en 2015 avec cinq nouveaux MOOC au sujet de l’épargne et sur « l’efficacité personnelle à l’heure du numérique ».

Propos recueillis par Thomas Leloutre, en s’appuyant sur le cours de Knowledge Management assuré par Mariannig Le Béchec, maître de conférences en Science de l’Information et de la Communication à l’IAE de Poitiers :


Pour aller plus loin : article CELL’IE

http://www.cellie.fr/2014/02/12/le-modele-economique-des-mooc-22/

Webographie :

Ouvrage :

  • Connectivism: a learning theory for the Digital Age / Livre de George Siemens ; publié en 2005

 

AUCUN COMMENTAIRES

Désolé, les commentaires ne sont plus admis pour le moment.