COP21 : Cinq étudiants à Paris pour une simulation diplomatique

Dans le cadre de la COP21, cinq étudiants de l’IAE de Poitiers se sont rendus à une journée de simulation diplomatique du Conseil de l’Arctique ce vendredi 11 décembre 2015 à Paris.

photo 1 - Copie

Les 5 étudiants de l’IAE de Poitiers à The Arctic Encounter Paris 2015

L’Arctique : Absent des négociations lors de la COP21

Comment parler de l’environnement et du climat sans aborder les thématiques de l’Arctique/Antarctique et des océans, moteurs de la régulation climatique planétaire ? Cette absence de discussion est un constat qui ressort après les négociations officielles de la COP21. Dans l’optique de sensibiliser le public aux différents enjeux du Grand Nord, une rencontre sur l’Arctique, The Arctic Encounter Paris 2015 (AEP Paris 2015) a été organisée le dernier jour de la conférence des Nations-Unies sur le climat.

Arctic Encounter Symposium

Logo Arctic Encounter

« Arctic Encounter Paris 2015 is the only Arctic policy and economics event to take place during the COP21. AEP’15 is the 3rd largest COP21 side-event, and the 3rd largest Arctic policy gathering of 2015, worldwide.

Cet évènement était organisé par le Cluster Polaire français et par le cabinet Kallander&Associates LLC, en partenariat avec de nombreux autres acteurs dont l’université de droit de Washington, le CESM et le CDEM. Par ailleurs, l’association Cellie et l’IAE de Poitiers étaient partenaires éducatifs de cette rencontre.

Simulation diplomatique du Conseil de l’Arctique

Arctic Council

Logo du Conseil de l’Arctique

Le Conseil de l’Arctique est un forum intergouvernemental traitant des problématiques liées à l’espace Arctique et au peuple autochtone de la région. Le Conseil de l’Arctique réunit les huit États de l’Arctique (Canada, Danemark, États-Unis, Russie, Finlande, Islande, Norvège et Suède) ainsi que des pays/organismes observateurs.

 

Quarante six étudiants venant du monde entier se sont retrouvés ce vendredi 11 décembre 2015 afin de réaliser une simulation diplomatique de ce conseil. L’objectif était de proposer des recommandations concrètes et réalistes à la délégation de la COP21.

Session plénière pendant la simulation

Session plénière pendant la simulation

Pour ce faire, les organisateurs ont donné aux étudiants un scénario qui se déroule en 2017 : Un pétrolier italien a coulé le long des côtes norvégiennes après avoir rependu des milliers de tonnes de carburant dans la mer de Barents. Cette actualité a été abordée de toute urgence lors de la tenue du Conseil de l’Arctique et des accords internationaux ont dû être trouvés afin de solutionner le problème et anticiper de potentiels événements similaires.

 

Retour d’expérience

Voici un retour d’expérience réalisé par les 5 étudiants qui se sont rendus à The Arctic Encounter Paris 2015 :

Frédérick HARDY (Représentant de l’Inde, pays observateur du Conseil de l’Arctique)

 « The Arctic Encounter Paris 2015 (AEP 2015) était une expérience hors du commun. Etre un simple étudiant et se plonger dans ce milieu diplomatique m’a ouvert les yeux. L’Arctique est bien plus qu’une simple banquise où vit l’ours polaire. C’est un sujet passionnant qui touche le monde entier, tant ses enjeux sont multiples. Je suis ravi d’avoir eu la chance de participer à un évènement d’une telle ampleur.« 

Bob Dupont (Représentant du Japon, pays observateur du Conseil de l’Arctique) :

« Lorsque l’on regarde le traitement médiatique actuel de l’Arctique, il semblerait que nous sommes en train de redécouvrir les problématiques liées à cet espace. Pourtant, l’Arctique est un espace qui a toujours suscité des convoitises et des discussions. En effet, le Pôle Nord est chargé d’histoire et son analyse historique permet une meilleure compréhension du jeu d’influence qui s’opère actuellement entre les états permanents et entre les états observateurs du Conseil de l’Arctique. Cette simulation diplomatique m’a permis de mieux saisir les enjeux et les problématiques liés à cette zone. C’est une expérience réellement enrichissante et formatrice pour un étudiant. Notamment, j’ai apprécié la mixité culturelle des étudiants présents à cette rencontre et le professionnalisme dont ils ont fait part. »

Anthony BOUCHAREL (Représentant de UNDP, organisme observateur du Conseil de l’Arctique)

« La chance de participer à une simulation diplomatique n’est pas donnée à tout le monde, et ne se présente que rarement. Etre partie prenante d’une réflexion commune autour d’un enjeu si flou pour nous, étudiants français, mais pourtant si réel fût une superbe expérience. Ouverture d’esprit et coopération sont certainement les maîtres mots de ce type d’événement. Comprendre l’ensemble des rouages d’une vraie négociation diplomatique permet également d’ouvrir les yeux sur la manière dont sont prises les décisions qui régissent notre monde et de cerner tous les facteurs qui rentrent en jeu. Ce fût une expérience unique et enrichissante et j’espère avoir la possibilité de participer à nouveau à un événement comme celui-ci.»

Angélique AUMONT (Représentante du Northern Forum, organisme observateur du Conseil de l’Arctique)

« Participer au Model Arctic Council a été une expérience très enrichissante qui m’a permis de rencontrer des personnes issus de différents pays avec des visions différentes de l’Arctique et de l’avenir de cette zone. Cela a également été l’occasion de mieux comprendre le travail d’un diplomate : il peut être assez complexe de combiner le point de vue de l’organisation/du pays que l’on représente avec celle des autres entités et parfois son propre avis.»

Valentin DEVEAUX (Représentant de Greenpeace, candidat pour intégrer le conseil de l’Arctique)

« L’Arctique est un sujet passionnant qui m’était jusqu’à aujourd’hui peu connu. Faire partie des jeunes leaders du Conseil de l’Arctique a été une porte d’accès vers de nouvelles connaissances, une autre vision du monde sur le rôle des Etats face à leurs intérêts et aux enjeux de leurs décisions. En tant que représentant de Greenpeace lors de la simulation, j’ai dû me battre pour avoir ma place en tant qu’organisation observatrice du Conseil. Cela n’a pas été simple face à la Russie et aux autres membres, qui d’ailleurs n’ont pas vraiment vu l’intérêt d’accepter ma candidature ! Une prochaine fois peut-être ? »

 

 

4 COMMENTAIRES