L’instrumentalisation des médias sociaux par la Russie : le cas d’Instagram

Instagram connaît un essor fulgurant depuis quelques années. Le réseau social est d’ailleurs pris d’assaut par davantage d’hommes et femmes politiques qui souhaitent créer un lien plus intime avec leurs citoyens en menant une “communication politique par l’image”. En effet, la politique occupe une place grandissante au sein du réseau. Et pour cause, deux récents rapports du Sénat Américain ont dévoilé au grand jour l’importance du rôle qu’a joué Instagram dans la stratégie mise en place par les autorités russes, pour influencer les résultats des élections présidentielles américaines de 2016.

Depuis 2013, les autorités russes sont accusées d’influencer le débat politique américain. Cependant, c’est lors des dernières élections présidentielles que ce phénomène a pris son essor. Facebook, Twitter et Google ont constitué les principaux canaux de la propagande russe. Ces derniers ont même été auditionnés par le Congrès Américain. Par ailleurs, deux rapports réalisés récemment à la demande de la Commission de Sécurité du Sénat américain, ont révélé l’importance du rôle joué par Instagram dans la manipulation de l’opinion publique menée par la Russie.

L’IRA à l’origine de la création de milliers de faux comptes

C’est l’Internet Research Agency (IRA), une organisation effectuant des opérations d’influence sur internet pour le compte du gouvernement russe, qui est à l’origine de la création de milliers de faux profils et fausses pages sur les réseaux sociaux. Ses activités lui ont d’ailleurs valu le nom de “ferme à troll”, tant elle a diffusé de fausses informations et de “mèmes” pendant les élections. Son objectif : cibler l’électorat démocrate, notamment les noirs-américains, mais aussi les autres minorités ethniques, les jeunes et la communauté LGBT afin de les décourager d’aller voter pour Hillary Clinton.

Exemples de mèmes publiés sur les réseaux sociaux – US Senate.

Ainsi, Instagram s’est révélé être la plateforme idéale pour l’IRA, puisque ses activités de propagande et de désinformation sur Facebook et Twitter étaient de plus en plus dénoncées par les médias. En effet, les rapports ont révélé qu’Instagram a finalement constitué le canal le plus efficace, en termes d’engagement. Bien que le nombre d’utilisateurs ayant été atteint par des contenus russes sur Instagram est moindre, il est question de 187 millions d’interactions sur le réseau, soit deux fois plus que sur Facebook ou Twitter. Fait qu’avait omis d’évoquer Marck Zuckerberg lors de ses déclarations.

Les comptes créés par l’IRA ont pour la plupart connu un grand succès. Environ 40% de ces comptes détenaient plus de 10 000 abonnés tandis que 12% en détenaient plus de 100 000. Parmi les plus populaires, @blackstagram, @feminismtag ou encore @american.veterans. Propager l’idée qu’Hillary Clinton est raciste, une mauvaise féministe ou encore partager des contenus patriotiques à destination des soldats retraités pour les inciter à voter Donald Trump, telles étaient les activités de l’IRA sur la plateforme.

Infographie concernant l’influence de l’IRA sur les réseaux sociaux.

Instagram, outil idéal pour influencer l’opinion

Selon les rapports du Sénat américain, le fait qu’Instagram ait dépassé Facebook en termes d’engagement montre à quel point le réseau social est devenu puissant dans la guerre de l’image. En effet, l’utilisation massive de “mèmes” pourrait être à l’origine de cette efficacité selon les chercheurs, qui tendent même à penser qu’Instagram serait susceptible de devenir un “champ de bataille clé continu”. Aussi, il est apparu que de nombreux contenus Facebook incitaient à suivre des comptes Instagram, ce qui renforçait les messages diffusés par l’IRA. Cependant, ce succès pourrait aussi être la conséquence des “fermes à clic”, des groupes de personnes rémunérées pour créer du trafic en cliquant sur des liens, mais cette éventualité n’a pas pu être confirmée.

Ce qu’il faut retenir

Les réseaux sociaux constituent désormais des outils de revendication et de manipulation au service des politiciens de tous les partis politiques. Conscients de ces enjeux et de la puissance des plateformes dans le débat public, les géants d’Internet ont pris les mesures nécessaires afin de supprimer les faux comptes tandis qu’ils se sont engagés à progresser dans la prévention de ces activités frauduleuses. Néanmoins, il semble évident que les autorités russes s’apprêtent à réitérer leur stratégie lors des prochaines élections présidentielles de 2020. Maintenant que l’influence d’Instagram a été révelé au grand jour, les inquiétudes des chercheurs se tournent désormais vers Youtube, qui a vu son utilisation par l’IRA augmenter  considérablement après l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Elodie GUILLAUME


Sources :

AUCUN COMMENTAIRES

Désolé, les commentaires ne sont plus admis pour le moment.