Du moteur de recherche au moteur de suggestion : Quand la recherche nous échappe

 

Information blanche, grise et noire, nous avons souvent l’habitude de classer l’information de par l’avantage concurrentiel ou la situation de position dominante qu’elle nous confère. Cette différenciation correspond également à la difficulté d’obtenir ces informations considérant souvent que plus l’information est difficile à obtenir plus elle nous sera utile. Pourtant L’information dite « blanche », la plus facile à obtenir, constitue déjà un avantage de poids.

Aller chercher une information sur son concurrent directement par internet en est un exemple classique : Un investissement moindre en temps et en ressource en passant par son moteur de recherche gratuit préféré pour se renseigner sur le développement d’une marque à l’étranger, ou sur les dépôts de brevet d’un concurrent. Ces méthodes sont aujourd’hui monnaie courante en entreprise et visent à donner plus de visibilité sur son environnement. Mais voit-on plus de choses pour autant ? Est-ce que taper dans sa barre de recherche (Google comme plus de 90% de la population française(*1)) une quelconque requête nous amène à obtenir toutes les informations disponibles sur le web ? aujourd’hui rien n’est moins sûr.

Les suggestions de Google

Depuis plusieurs années, le moteur de recherche Google travail sans relâche pour devenir force de proposition dans nos recherches. Grace aux milliards de données collectées par la firme, Google cherche sans cesse à nous suggérer des contenus. Mais pas n’importe lesquels. Ces données collectées retracent nos historiques de navigation afin de déterminer nos centres d’intérêt et ainsi nous proposer davantage de contenu qui seraient susceptible de nous plaire. Google se base donc sur nos préférences, mais aussi sur notre géolocalisation pour nous proposer un contenu orienté. Les enjeux pour la firme sont bien évidemment économiques (publicité, adwords) et elle n’hésite pas à perfectionner constamment son algorithme pour nous suggérer toujours plus de contenu en lien avec nos précédentes recherches.

Appliqué dans notre situation précédente, l’impact sur notre collecte d’informations stratégiques est réel. Si Google met en exergue certaines informations, celles qui sont censées nous intéresser, il nous en cache une autre partie. Comment faire alors si nos précédentes recherches nous excluent volontairement de résultats qui ne sont « pas censés nous correspondre » ?

La collecte de données au cœur du sujet

La donnée, c’est elle qui détermine ce principe de suggestion et d’exclusion que nous venons d’évoquer. La création d’énormes base de données semble même avoir dépasser le cadre purement économique pour entrer dans les sphères internes de l’entreprise. C’est le cas d’Orange (*2) qui vient de tester chez lui, un moteur de suggestion personnalisé afin d’enrichir son expérience salariée. Le principe consiste à rassembler un maximum de données sur chaque collaborateur pour que le moteur devienne lui-même force de proposition et propose ainsi les résultats qui ont le plus de chance de correspondre à l’employé. Mais encore une fois le manque d’objectivité dans la présentation des résultats, qui est recherchée dans ce cas-ci, nous amène à occulter une partie des informations.

Comment s’en prémunir ?

Comment contourner le système de suggestion proposer par Google ? La réponse se trouve ailleurs. Certains moteurs de recherche comme Duckduckgo ou encore le français Qwant propose une navigation entièrement privée. En ne collectant aucunes informations sur les données de navigation ou encore les données personnelles des utilisateurs, ces moteurs de recherche propose alors les mêmes résultats, à tout le monde, sans distinction.

Cette navigation permet alors un accès plus facile à l’ensemble du web visible, et ce en garantissant une navigation de qualité. Le moteur de recherche Qwant(*3) par exemple, développe aujourd’hui une intelligence artificielle autour du deep learning. Conscient de la nécessité de proposer la bonne information le plus rapidement possible, l’intelligence artificielle ne traitera plus les recherches sous forme sémantique. En transformant les « mots en données mathématiques », technique utilisé par les Google, Facebook et autres, Qwant compte bien faire la différence en proposant une expérience basée sur le respect de la vie privée, tout en optimisant ses algorithmes de recherches.

Antoine Beaufils


Sources :

Sources citées dans l’article :

AUCUN COMMENTAIRES

Désolé, les commentaires ne sont plus admis pour le moment.