L’Intelligence Economique, un levier essentiel pour l’industrie pharmaceutique

L’intelligence économique séduit de plus de plus les grands groupes industriels qui ont rapidement compris que cette activité représente un levier essentiel pour améliorer leur position sur un marché économique soumis à de fortes tensions. Mais sous quelles formes ces tensions se manifestent-elles ? Elles sont généralement communes à la plupart des acteurs économiques de grande envergure, parmi elles nous pouvons compter : les incertitudes, les manœuvres habiles des concurrents, les difficultés relatives à des produits défectueux, la responsabilité sociétale de l’entreprise qui véhicule une certaine image face à l’opinion publique, la pertinence des produits et services par rapport aux attentes des clients, les textes de lois et les changements de réglementation, etc.

En somme, tous ces paramètres, parfois difficiles à appréhender, brident les prises d’initiatives et conduisent à des léthargies décisionnelles. Pire encore, ne pas prendre en considération les différents environnements qui entourent une activité commerciale peut mener à des prises de décisions dangereuses, fondées sur des colonnes vertébrales fragiles risquant de mettre les entreprises dans une situation anxiogène.

C’est en ayant compris cela, que l’industrie pharmaceutique privilégie le créneau de l’intelligence économique. D’un point de vue plus opérationnel, par quoi cela se traduit-il ?

L’IE pharmaceutique en pratique

L’intelligence économique dans le cadre d’une industrie pharmaceutique sert concrètement à :

  • Surveiller les cadres réglementaires et juridiques afin de s’assurer que les manœuvres de l’entreprise soient bien conformes aux impératifs imposés par le législateur ;
  • Surveiller les habitudes de consommation des individus dans le but d’anticiper les éventuels besoins de soins à venir, les tendances d’évolution des pathologies ;
  • Surveiller les éventuelles prises de positions agressives envers l’entreprise, rumeur, désinformation ;
  • Le domaine de la R&D est également en ligne de mire. Par la surveillance des dépôts de brevets des concurrents, les différents partenariats et fusions qui voient le jour.

Ce qui explique aussi, et surtout, l’appétence des industries pharmaceutique pour l’intelligence économique est tout simplement la nature de leurs activités. En effet, les stratégies s’inscrivent généralement dans un processus plutôt long. Entre l’étape de recherche et développement d’un nouveau médicament, en passant par les tests cliniques, les autorisations et la mise en place sur le marché, plusieurs années peuvent s’écouler. Chacune de ces étapes a un coût très important, ce montant peut très rapidement augmenter si des difficultés viennent freiner le travail ou encore, arrêter totalement le projet. S’ajoute à cela une obligation d’obtenir un retour sur investissement satisfaisant pour justifier plusieurs années de travail.

Entreprises pharmaceutiques

Un ouvrage au cœur de la réflexion

D’après l’ouvrage « Intelligence économique et stratégies d’entreprises » du Commissariat Général au plan (Groupe de travail dirigé par Henri Martre), on distingue deux types « d’intelligence. » la scientifique et la concurrentielle.

Il s’agit de s’intéresser à l’environnement scientifique, les brevets, les nouveaux champs d’application, les travaux des chercheurs, etc. L’objectif est double, trouver des opportunités pour développer le patrimoine scientifique de l’entreprise, ne pas travailler sur des projets qui ont déjà démontré des failles qui semblent difficilement surmontables.

Enfin et toujours dans cet ouvrage, ce qui semble être le levier par excellence de la réussite ou non d’un médicament est la connaissance en amont des potentiels effets indésirables susceptibles de mettre en difficulté la commercialisation du produit ainsi que de ternir la réputation de l’entreprise. Bien évidemment, cela entraine un coût financier important voire dangereux  pour la pérennité de l’entreprise.

C’est pourquoi, dans le secteur de l’industrie pharmaceutique, l’intelligence économique et l’analyse de l’information sont des aides importantes dans la mise en place d’une stratégie visant un horizon lointain, de plusieurs dizaines d’années. Il est nécessaire de pérenniser chaque étape du développement du produit grâce à une démarche de veille stratégique active.

Nabil Bouamama