Fake news, la nouvelle guerre de l’information

Internet et les nouvelles technologies ont permis de faciliter l’accès à l’information en temps réel et sous différents formats. Aujourd’hui, quelques secondes seulement suffisent pour accéder aux dernières actualités, à une biographie ou à ses réseaux sociaux. On peut alors se poser la question de la véracité des informations tandis que le terme de « fake news » est de plus en plus présent, notamment depuis les élections américaines.

Une fake new, qu’est-ce que c’est ?

« Fake news », cette expression provenant des Etats-Unis et du Royaume-Uni englobe à la fois les erreurs ou les imprécisions de certains journalistes, les articles humoristiques où l’actualité est volontairement déviée dans un but divertissant et parodique. C’est aussi et surtout de fausses informations, souvent choquantes voire provocatrices dont le but est de générer le maximum de clics pour en tirer des revenus publicitaires ou encore donner une opinion, influencer le débat public. Les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter peuvent rapidement les rendre virales avec les « likes » et les « partages » et ainsi leur donner une visibilité importante.

Les fake news dans la campagne présidentielle américaine de 2016

Les fake news ont été largement diffusées lors des élections américaines de 2016, avec plus de 30 millions de partages pour de fausses informations, majoritairement en faveur de l’actuel président des Etats-Unis Donald Trump. On peut alors se poser la question de l’impact sur le choix des Américains. L’ancien président Barack Obama avait dès novembre 2016 averti le fondateur et patron de Facebook Mark Zuckerberg sur le danger. Selon les économistes Matthew Gentzkow et Hunt Allcott, les fake news sont loin d’avoir autant d’impact que les médias traditionnels. En effet selon eux, « pour que des fake news aient pu changer le résultat de l’élection, un seul article aurait dû convaincre 0,7% des personnes votant Clinton ou s’abstenant de changer leur vote pour Trump ».

Néanmoins, selon une enquête interne de Facebook, entre juin 2015 et mai 2017 plus de 100 000 dollars d’espaces publicitaires auraient été vendus à 470 faux comptes basés en Russie. Ils sont soupçonnés d’avoir amplifié les messages politiques et sociaux portant sur la question raciale, le droit des armes ou encore le droit des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) pendant la campagne présidentielle américaine. On peut alors parler « d’astroturfing », c’est-à-dire donner l’impression d’un phénomène de masse qui est en réalité créé de toutes pièce pour influencer un vote, l’image d’une entreprise ou tout autre sujet.  C’est d’autant plus alarmant que l’Amérique du Nord compte plus de 170 millions d’utilisateurs quotidiens sur Facebook et que près d’un adulte sur deux dit s’informer sur les réseaux sociaux. Alors que Facebook ne crée aucun contenu, son fonctionnement-même est pointé du doigt. Notamment les algorithmes accusés de sélectionner par filtrage les contenus susceptibles de nous intéresser tout en mettant toujours en avant les publications sponsorisées.

Vers la fin des fake news ?

Ce phénomène n’est pas près de s’essouffler, en plus d’être utilisé comme propagande c’est un véritable business. Dernièrement c’est la fusillade de Las Vegas qui a entrainé une vague de fausses informations. Google et Facebook ont d’ailleurs dû s’excuser à ce sujet après avoir relayé de fausses rumeurs.

 

Certains se sont spécialisés dans cette activité, comme Paul Horner, un américain relayant des fake news, qui affirme gagner entre 5000 et 10000 dollars par mois.

Certaines villes également sont particulièrement concernées par les fausses informations, comme Vélès, en Macédoine, qui est considérée comme la capitale des fake news. Nombre de ses habitants ont été acteurs de ces fake news lors de la campagne présidentielle américaine de 2016 ; la future campagne de 2020 étant déjà en cours de préparation selon la CNN.

Source : http://edition.cnn.com/videos/us/2016/12/13/fake-news-writer-cooper-intv-ac.cnn

L’intelligence artificielle va également offrir de nouvelles possibilités en termes de fake news, la création de sosies, d’expressions du visage, de mouvements ou encore de dialogues va ainsi être facilitée. Des scientifiques de l’université de Washington ont d’ailleurs récemment présenté un outil permettant de superposer une bande audio sur une vidéo. Ils ont ainsi créé une vidéo de Barack Obama à partir de la bande son de son discours concernant la tuerie d’Orlando mais en utilisant une vidéo de lui plus récente.

Comment ne pas être victime de ces fake news ?

 

Source : http://www.lemonde.fr/verification/

Il existe un certain nombre de sites internet et outils, comme Décodex, l’outil du journal Le Monde. Il permet de vérifier les informations sur le web grâce à une page internet, une extension pour Firefox ou Chrome et l’assistant virtuel sur Facebook. Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) se lancent également dans la chasse aux fake news, Facebook a mis à disposition un petit guide pour les détecter et Google va lancer un outil « vérification des faits » dans l’onglet « actualité » avec trois possibilités : « vrai », « faux » et « partiellement vrai ».

Nicolas BRETAGNE


Sources :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/31/pourquoi-il-faut-arreter-de-parler-de-fake-news_5072404_4355770.html

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/06/01016-20170306ARTFIG00187-fake-news-un-meme-terme-pour-plusieurs-realites.php

http://www.meta-media.fr/2017/02/10/fake-news-et-travailleurs-du-clic-comment-la-desinformation-est-devenue-un-marche-mondial.html

http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/19/ces-chercheurs-ont-analyse-limpact-des-fake-news-sur-lelecti_a_21658189/

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/09/07/sur-facebook-des-centaines-de-faux-comptes-ont-cherche-a-influencer-l-election-americaine_5182035_3222.html

http://www.meta-media.fr/2017/02/10/fake-news-et-travailleurs-du-clic-comment-la-desinformation-est-devenue-un-marche-mondial.html

http://money.cnn.com/interactive/media/the-macedonia-story/

http://www.numerama.com/politique/298520-plongee-dans-les-coulisses-de-linternet-research-agency-la-ferme-a-trolls-russe.html

http://www.numerama.com/politique/298174-facebook-voudrait-mettre-un-pied-dans-le-secret-defense-pour-contrer-les-campagnes-dinfluence.html

https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2017/10/17220-fake-news-menacent-reputation-marques/

https://www.youtube.com/watch?v=xB-Hsq_OJn4&t=0s