L’Europe en route vers « l’Airbus des batteries »

Le 9 décembre dernier, la Commission Européenne a donné son feu vert pour la création de « l’Airbus des batteries », un projet IPCEI (Important Project of Common European Interest) porté principalement par la France et l’Allemagne. Cette annonce montre l’importance des enjeux d’indépendance et de souveraineté pour l’Europe sur le marché des batteries.

Les véhicules électriques bousculent le marché de l’automobile

Depuis plusieurs mois, le marché des véhicules électriques et hybrides est en plein essor. Avec 360.000 voitures électriques immatriculées en Europe en 2019, le continent a connu une hausse de 80% en seulement une année d’après l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). Cette tendance s’accentuera au fil des années puisque selon une étude du cabinet américain Frost & Sullivan, 25 millions de voitures électriques se vendront dans le monde à partir de 2025, soit 10 fois plus qu’en 2019. Quant au Boston Consulting Group, il prédit que les voitures électriques et hybrides représenteront 51% des ventes mondiales de véhicules en 2030.

Face à cette vague d’électrification de l’automobile, la législation a dû s’adapter. Ainsi, le durcissement du malus écologique pour les véhicules les plus polluants mis en place depuis janvier est un facteur très important pour les entreprises qui tentent plusieurs stratagèmes pour y échapper ou du moins diminuer l’impact sur le consommateur (plus d’informations dans l’article Cell’IE : ELECTRIFICATION DE L’AUTOMOBILE EN FRANCE ET EN EUROPE, QUAND LA LÉGISLATION PRESSE LE PAS). Cette décennie sera donc un réel tournant pour le marché de l’automobile, avec une concurrence accrue sur le secteur ainsi qu’une forte compétition technologique entre les différents acteurs clés.

Le Projet « d’Airbus des batteries »

En décembre 2019, la Commission européenne a autorisé 7 états membres (France, Allemagne, Belgique, Finlande, Suède, Italie et Pologne) a apporté une aide financière à leurs entreprises dans le but de développer un « Airbus des batteries ». Ce projet, d’abord né du couple franco-allemand, a par la suite été approuvé à l’échelle européenne. L’objectif  de ce dernier est de créer une activité de production de batteries pour les véhicules électriques en mettant en commun les savoirs-faire et les compétences des entreprises sur le sol européen.

Ce projet ambitieux est principalement porté par deux entreprises : Saft, la filiale de Total spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d’accumulateurs électriques à usage industriel ainsi que le constructeur automobile français PSA. Cette alliance stratégique va donner lieu à la création de la société ACC (Automative Cell Company). L’objectif de ce consortium est de produire d’ici 2030 un million de batteries par an sur le continent européen. Pour ce faire, un budget de 3,2 milliards d’euros sera consacré, dont 960 millions pour la France.

Source : BMFTV

La mise en place de « l’Airbus des batteries » commencera avec le déploiement d’une ligne pilote de production de cellules de batteries sur le terrain de Saft à Narsac d’ici mi-2021. Ghislain Lescuyer, directeur général de Saft, explique que l’objectif à travers la ligne pilote est « d’être capable de fournir au moment de leur industrialisation, en 2023, les meilleures cellules de batteries en termes de performance du marché, que ce soit au niveau de la densité énergétique ou de la capacité à opérer dans des conditions extrêmes. »

Ce projet nécessitera un investissement de 200 millions d’euros et permettra de créer 150 emplois qualifiés. Par la suite, la finalité serait de développer cette production à plus grande échelle et notamment dans une usine dans les Hauts-de-France ainsi qu’une autre en Allemagne d’ici 2023. Avec ces deux nouveaux sites, le but est d’obtenir une capacité annuelle de production de 48 gigawattheures ce qui équivaut à l’alimentation d’un million de véhicules électriques.

L’Europe en quête de souveraineté économique

Si l’Europe s’intéresse de plus en plus aux batteries, c’est parce qu’elle a cerné les enjeux économiques qui se cachent derrière ce marché. En effet, la batterie est un élément très stratégique dans la composition d’une voiture électrique puisque les composants représentent entre 30 et 40% de la valeur totale du véhicule. A l’heure actuelle, le lithium est le matériau le plus utilisé dans la conception des batteries. C’est bien là que se situe le problème. En effet, l’Europe est totalement dépendante des pays asiatiques qui possèdent une grande majorité des minerais. Les batteries sont donc toutes produites directement en Asie où les entreprises sont très en avance sur les différentes technologies. Face à cette hégémonie asiatique, le continent européen se doit de réagir.

L’Europe mise gros avec ce projet « d’Airbus des batteries », qui lui permettrait de retrouver une souveraineté dans le domaine des batteries. Toutefois, les choses ne seront pas si simples. En effet, les concurrents sont multiples sur ce secteur comme notamment CATL et BYD (Chine), Panasonic (Japon), LG-Chem et Samsung-SDI (Corée du Sud). Ces grandes entreprises asiatiques réunissent 70% de la production de cellules batteries selon le Center for Automotive Research (CAR). A titre de comparaison, la production de cellules lithium-ion de l’Europe est actuellement de seulement 1%. Avec « l’Airbus des batteries » et l’objectif fixé à 1 million de batteries par an, cela permettrait à l’Europe d’atteindre entre 10 et 15% de la production mondiale d’ici 2030.

Il est cependant important de rappeler que les technologies dans ce secteur d’activité évoluent très rapidement. Des solutions plus écologiques ou plus rapides voient le jour pour remplacer la batterie lithium actuellement utilisée. C’est le cas notamment de chercheurs français qui ont mis au point une batterie à base de sodium qui s’avère être moins toxique et se recharge en 5 minutes contre une heure aujourd’hui. Cette mouvance est donc à prendre en compte pour l’Europe dans son projet « d’Airbus des batteries. »

Inès GIFFRAIN

Sources :

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRES

Désolé, les commentaires ne sont plus admis pour le moment.