Owncloud : libérez le potentiel de votre Cloud

La protection des données et notamment des données stratégiques est fondamentale pour les entreprises puisqu’elles peuvent concerner leur stratégie, leur structure ou leurs projets. Le développement du Cloud Computing (ou l’informatique dans les nuages) pose dans cette optique de nombreux problèmes.

 

En effet, l’entreprise stocke sur les serveurs d’un prestataire de service, des données parfois importantes pour la stratégie de l’entreprise, voire confidentielles. Une fois que les informations sont déposées sur ces serveurs, l’entreprise ne peut plus contrôler leur accès de manière aussi stricte. Il est très intéressant de lire les CGU de ces services qui autorisent bien souvent le prestataire à utiliser ou à modifier les données conservées.

De plus, l’utilisation de solutions logicielles propriétaires empêche de connaître le fonctionnement des outils et le traitement des données. Ils peuvent également devenir une opportunité pour d’éventuels pirates informatiques.

Certains États peuvent aussi accéder aux contenus mis en ligne, notamment les États-Unis qui ont voté après le 11 septembre, le Patriot Act. Il prévoit la possibilité d’accéder pour les agences autorisées à toutes les données informatiques stockées sur le territoire Américain. Cela complète le réseau Echelon qui « écoute » les télécommunications depuis 1947 et le nouveau centre d’analyse de la NSA. L’espionnage industriel réalisé par les agences américaines représente un coût estimé à plusieurs milliards de dollars. Et la plupart des prestataires dans le domaine du Cloud sont Américains.

 

Toutefois, le Cloud représente pour l’entreprise une opportunité et facilite la mobilité. Pour profiter des avantages du Cloud sans perdre la main sur ses données, il existe d’autres solutions que DropBox, Drive, Box.net … En l’occurrence Owncloud. C’est un projet OpenSource créé par Frank Karlitschek en 2010.

Très simple à installer sur un serveur que ce soit celui d’un particulier ou celui d’une entreprise, cet outil est intéressant à plusieurs points de vue. Outre sa fonction de stockage, il permet de sauvegarder des marques-pages, de visualiser des PDF, d’éditer des documents en ligne notamment en .odt, de les chiffrer, de les partager…  Il permet aussi d’écouter en streaming la musique stockée sur le serveur.

Il est accessible via un navigateur mais aussi via le protocole WebDav : il s’agit d’un protocole libre qui permet de monter son Owncloud en tant que disque réseau aussi bien sur Windows, Mac, Linux, Android, BlackBerry, WebOS… Il est aussi accessible via un programme pour Windows, Mac et Linux ou une application pour IOS et Android. Les données sont alors synchronisées entre les différents appareils.

La communauté autour du projet est très importante et active. Elle développe des modules qui vont enrichir Owncloud et lui ajouter de nouvelles fonctionnalités comme la collaboration en ligne. Une API est même disponible pour le développement de nouvelles applications.

 

Avec une solution de ce type qui est transparente, flexible et ouverte, il est possible de reprendre le contrôle de ses données tout en alliant performance et sécurité.

Il est possible de le tester gratuitement à cette adresse : http://demo.owncloud.org/

Si vous ne souhaitez pas installer Owncloud sur vos serveurs voici une liste de prestataires qui proposent Owncloud : http://owncloud.org/providers/

Antoine Henry

2 COMMENTAIRES
  • Aurélie
    23 octobre 2012

    Cet article est intéressant et surtout l’outil présenté qui ouvre de nombreuses possibilités à faire connaître. Je me suis d’ailleurs permise de parler de votre article sur mon blog. http://infodocenligne.wordpress.com/2012/10/23/owncloud-ou-cloud-computing-personnel/
    Merci pour l’information

    • Antoine
      24 octobre 2012

      Bonjour Aurélie,

      Je te remercie pour ton article et ton commentaire.
      C’est un outil que j’apprécie et que j’utilise régulièrement.
      De plus, c’est l’occasion de mettre en avant les problèmes liés à la « sécurité » du Cloud.

      Respectueusement
      Antoine